En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts Pour en savoir plus et paramétrer les cookies,

cancel

Un microbiote en bonne santé, votre meilleur allié pour avoir une belle peau

Le froid de l’hiver ne fait définitivement pas bon ménage avec votre épiderme. Il l’irrite, le sensibilise, le déshydrate et finit par l’affaiblir. Et lorsqu’il s’associe au stress du quotidien, vos problèmes cutanés s’aggravent. Heureusement, votre microbiote peut vous aider à avoir une belle peau.

La peau est considérée comme le plus grand de nos organes. Elle est le reflet de tout ce qui se passe à l’intérieur de votre corps. Et les problèmes cutanés sont souvent provoqués par des déséquilibres physiologiques. Ils sont nombreux à être directement associés à ce que nous mangeons et à dépendre de l’équilibre de nos bactéries intestinales. Ainsi comprendre le lien entre la peau et l’intestin est primordial pour améliorer l’état de votre épiderme, mais surtout le garder en pleine santé.


Maladie de la peau : 1 Français sur 3 est concerné


En France, 16 millions de personnes sont touchées par une maladie cutanée. Parmi les affections les plus courantes on retrouve :

  • L’acné qui touche 3,3 millions de Français. Et cela concerne aussi bien les adultes que les adolescents.

  • Le psoriasis : une maladie qui s’aggrave avec l’âge et qui concerne 2,4 millions de personnes.

  • La dermatite atopique appelée également eczéma. Cette maladie touche 34% des Français. Elle est l’une des plus fréquentes chez les enfants, mais peut se développer à tout âge. Facilement reconnaissable, l’eczéma se caractérise par une rougeur de la peau qui démange.


Quand votre microbiote en dysbiose perturbe votre peau


Cela fait à peine 70 ans que nous sommes conscients qu’il existe un lien entre les intestins et les problèmes de peau. Et cette découverte, nous la devons aux précieux travaux menés par deux dermatologues, John H. Stokes et Donald M. Pillsbury qui ont supposé que l’état émotionnel pouvait altérer le microbiote induisant une augmentation de la perméabilité intestinale, ce qui contribue à une inflammation systémique et de fait provoque des affections cutanées. À l’époque, un traitement à base de bonnes bactéries (notamment des Lactobacilles) avait été préconisé afin de rétablir l’équilibre du microbiote.

Leurs observations sont malheureusement tombées dans l’oubli, et il aura fallu attendre les années 2000 pour que d’autres scientifiques s’intéressent au rôle clé que joue la flore intestinale sur les problèmes de peau.

Ces travaux récents ont mis en évidence :

• Qu’une dysbiose, c’est-à-dire une modification de la composition du microbiote intestinal, est bien observée dans la majorité des maladies inflammatoires cutanées telles que la dermatite atopique, le psoriasis, la rosacée ou l’acné.
• Que l’intégrité de la barrière intestinale, directement liée à l’état du microbiote, est fondamentale pour éviter l’entrée dans l’organisme de particules et toxines indésirables provoquant un état d’inflammation général. Et par conséquent qui induit une aggravation des problèmes de peau.


Comment faire pour améliorer l’état de votre peau ?


Il faut vous tourner vers votre microbiote et savoir prendre soin de lui. Car, quel que soit le trouble cutané, son rééquilibrage aura une influence profondément positive sur les résultats du traitement.

Sources


1. Ellis SR, Nguyen M, Vaughn AR, Notay M, Burney WA, Sandhu S, Sivamani RK. The Skin and Gut Microbiome and Its Role in Common Dermatologic Conditions. Microorganisms. 2019 Nov 11;7(11):550. doi: 10.3390/microorganisms7110550. PMID: 31717915; PMCID: PMC6920876
2. Salem I, Ramser A, Isham N, Ghannoum MA. The Gut Microbiome as a Major Regulator of the Gut-Skin Axis. Front Microbiol. 2018 Jul 10;9:1459. doi: 10.3389/fmicb.2018.01459. PMID: 30042740; PMCID: PMC6048199.
3. Bowe WP, Logan AC. Acne vulgaris, probiotics and the gut-brain-skin axis - back to the future?. Gut Pathog. 2011;3(1):1. Published 2011 Jan 31. doi:10.1186/1757-4749-3-1

Partager ce contenu