En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts Pour en savoir plus et paramétrer les cookies,

cancel

Stress : une cause de dysbiose à ne pas négliger

Aujourd’hui, personne n’échappe au stress de la vie quotidienne. Un mal de notre époque qui se répercute directement sur notre psychisme et sur notre organisme. Mais qu’en est-il de votre microbiote ? Est-il sensible ? Répond-il différemment selon le type de stress ?
Tour d’horizon de ce qui s’y passe lorsqu’il doit faire face à cette situation.

Le stress influence constamment la vie de chacun. Quel que soit l’âge, il concernerait 1 Français sur 2. Un constat effarant qui se répercute sur votre santé. Quant à votre flore intestinale, elle aussi peut-être impactée. Comment ? Par quels types de stress ? C’est ce que nous allons essayer d’analyser.


Décryptage du stress


Afin de comprendre les répercussions potentielles du stress sur votre microbiote, il convient d’abord de savoir précisément ce qu’englobe le mot « stress ». Il s’agit principalement de stimuli extérieurs (environnementaux, psychologiques ou physiques) qui provoquent des réactions physiologiques et comportementales. Chacun réagira à sa façon en fonction du stress perçu, et malheureusement, personne n’y échappe. Chaque période de votre vie connaît son lot de facteurs stressants. Que ce soit un prochain examen, une rupture amoureuse, un dossier compliqué à rendre au boulot, un avion à prendre ou encore une réponse médicale qui tarde à venir, tout le monde est, à un moment donné, exposé. Et votre microbiote va forcément réagir. Sa composition et son activité vont notamment devoir s’adapter.


Quels sont les stress défavorables à votre microbiote ?


Vous le savez, votre microbiote est un organe sensible. Son équilibre fragile n’échappe pas au stress et peut se retrouver déréglé à cause de lui. Cependant, tous les stimuli stressants ne se valent pas. Certains vont directement engendrer une dysbiose.

Il s’agit de ceux provoqués par des causes psychologiques, des troubles du sommeil (insomnies…), des facteurs environnementaux extrêmes (haute altitude, canicule), des polluants, une activité sportive trop intense ou encore des restrictions alimentaires trop sévères.


Comment votre microbiote va gérer votre stress ?


Si les données récoltées ont surtout été observées chez les animaux où via des essais en laboratoires, les chercheurs arrivent tous à la même conclusion : votre microbiote s’adapte face aux différents types de stress.

Et dans la plupart des cas, un changement de sa composition a été constaté. Il s’agit notamment d’une diminution de l'abondance de Lactobacilles. Des bactéries présentes dans votre flore intestinale qui servent entre autres à protéger des infections.


À partir de quand votre microbiote peut-il être impacté ?


Autre question essentielle : l’intensité et la fréquence du stress se répercutent-elles différemment ? Une étude menée sur des hamsters a démontré que l’exposition au stress social perturbe fortement le microbiote. Et cela, même s’il est de courte durée. Le rapport scientifique révèle plusieurs points à prendre en compte :

  • Le stress social provoque autant de changement dans le microbiote intestinal qu’un stress physique plus sévère.

  • L’exposition répétée à une situation stressante augmente le déséquilibre du microbiote.

  • Plus le stress est intense, plus l’impact sur le microbiote est important.

Ainsi, le stress n’a pas besoin d’être chronique pour perturber défavorablement votre microbiote intestinal. Mais, heureusement, il existe des solutions pour mieux gérer les périodes stressantes et le maintenir en eubiose.


L’unique stress bénéfique à votre microbiote


Le saviez-vous ?

Le froid serait le seul facteur auquel le microbiote réagirait favorablement. Plusieurs études ont observé que la flore intestinale était capable d’induire des changements métaboliques pour fournir l’énergie nécessaire à l’organisme durant une période de grand froid.

Elle agirait ainsi directement sur les cellules adipeuses qui stockent les graisses et permettrait d’augmenter la capacité d’absorption des aliments.

Sources


1. Partrick, K. A., Chassaing, B., Beach, L. Q., McCann, K. E., Gewirtz, A. T., & Huhman, K. L. (2018). Acute and repeated exposure to social stress reduces gut microbiota diversity in Syrian hamsters. Behavioural brain research
2. Karl J.P. et al. 2018. Effects of Psychological, Environmental and Physical Stressors on the Gut Microbiota. Front. Microbiol. 9:2013
3. Le microbiote : cet « alien » qui nous veut du bien, Université de Genève.

Partager ce contenu