En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts Pour en savoir plus et paramétrer les cookies,

cancel

Microbiote en bonne santé : la solution pour tenir toutes vos bonnes résolutions ?

Prendre de bonnes résolutions, c’est facile, les tenir c’est plus difficile. Pourtant il existe des pistes très intéressantes pour y parvenir. Car oui, c’est possible d’atteindre ses objectifs, et votre premier allié n’est autre que votre microbiote intestinal. Explications.

Que ça soit en début d’année ou à l’approche de l’été, nous avons tous un jour pris de bonnes résolutions : mieux manger, perdre du poids, arrêter de fumer, faire plus de sport… En d’autres termes : souhaiter prendre soin de soi pour rester en bonne santé et épanoui. Et si au début tout se passe bien, force est de constater que garder la motivation sur le long terme reste compliqué. Enfin, peut-être pas si vous misez sur le soutien et l’efficacité de votre microbiote intestinal.


Votre meilleur partenaire pour rester en pleine forme


Vouloir rester en bonne santé, c’est prendre soin de son corps au quotidien. Quelles que soient les autres résolutions que vous souhaitez mettre en place, vous n’arriverez à rien si votre organisme n’est pas en pleine forme.

C’est là où votre microbiote intestinal sera d’une première aide puisqu’il intervient à plusieurs niveaux :

  • • Il participe à la réponse immunitaire,

  • • Il empêche les microbes pathogènes de se propager,

  • • Il produit des vitamines essentielles (K, B12, B8…).

Le chouchouter est donc essentiel afin de mettre toutes les chances de votre côté.


Votre super arme anti-kilo


Le microbiote intestinal joue aussi un rôle dans la stabilité et la perte du poids. Il va notamment intervenir comme un régulateur de la faim et de la satiété. D’après plusieurs études, sa richesse influence directement votre appétit. Plus il est varié, plus vite la sensation de faim apparaît ce qui permet de moins manger sans frustration. Son influence est d’ailleurs aussi importante que celle du cerveau.

D’autres travaux portant sur la comparaison du microbiote intestinal de personnes obèses avec celui de personnes minces corroborent cette idée. Des études menées sur des adultes en fort surpoids ont démontré qu’elles ont généralement une flore intestinale beaucoup moins riche avec moins de Bacteroidetes et davantage de Firmicutes. Ces personnes prennent aussi plus facilement du poids par rapport à celles qui ont un microbiote diversifié.

La bonne nouvelle c’est que ce phénomène peut être inversé à condition de bien prendre soin de son microbiote. Des travaux préliminaires menés sur des rongeurs ont mis en évidence que changer la composition du microbiote intestinal intervenait directement sur le poids. Pour arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont transplanté le microbiote intestinal de souris obèses à des souris minces. Résultats : en moins de 15 jours les minces sont devenues obèses ! À l’inverse, celles en surpoids ont maigri très rapidement.


Votre coach le plus efficace


Le microbiote intestinal est aussi votre meilleur coach pour rester motivé. La raison ? Il intervient directement sur votre humeur. Cela paraît un peu bizarre, mais ce n’est pas pour rien s’il est considéré comme votre deuxième cerveau. Et lorsqu’il est en déséquilibre (dysbiose), il peut induire des troubles psychologiques allant même jusqu’à la dépression. C’est le constat de la dernière étude réalisée par des chercheurs français de l'Institut Pasteur, de l'Inserm et du CNRS. Ils ont notamment pu constater, sur modèle animal, qu’une modification du microbiote intestinal provoqué un effondrement des métabolites lipidiques dans le sang et le cerveau. Et lorsque ces dernières viennent à manquer dans l’hippocampe, un état dépressif apparaît. Cependant, une supplémentation orale de ces mêmes bactéries suffirait pour inverser le phénomène.


La seule bonne résolution à prendre


Et si pour tenir toutes vos résolutions vous n’en preniez qu’une ? Celle de bien prendre soin de votre microbiote intestinal, pour justement atteindre tous vos objectifs ! Comment ? En changeant quelques habitudes pour être certains de nourrir les bonnes bactéries et préserver la richesse de votre flore intestinale. Voici 10 conseils pratiques à adopter dès aujourd’hui :

  1. Augmenter votre consommation en fruits et en légumes. Préférez-les bios, de saison et locaux si possible.
  2. Optez pour les céréales complètes.
  3. Mangez davantage de légumineuses.
  4. Consommez régulièrement des aliments fermentés (kéfir de lait ou fruit, choucroute…)
  5. Modérez votre consommation en viande, plus particulièrement en viande rouge. Pas plus de 3 – 4 fois par semaine.
  6. Augmentez vos apports en oméga-3 (huile de colza, noix ou cameline en association avec l’huile d’olive.) Privilégiez les petits poissons gras comme la sardine et le maquereau.
  7. Essayez de manger à heures fixes.
  8. Limitez votre consommation de produits allégés.
  9. Évitez le plus possible les produits transformés et les préparations toutes faites.
  10. Misez sur les ferments lactiques et les prébiotiques.

3 points de dysbiose à ne pas négliger

Pour avoir un microbiote intestinal au top, il est aussi vivement conseillé de dormir suffisamment (8 heures par jour), de limiter le stress en pratiquant une activité physique régulière et d’éviter autant que possible les antibiotiques.

Sources


1.Effect of gut microbiota on depressive-like behaviors in mice is mediated by the endocannabinoid system, Nature Communications.
2. Institut pasteur, 11 décembre 2020..
3. Et si notre microbiote intestinal gérait notre humeur ? Destination santé.
4. Microbiote intestinal : en quoi peut-il influencer notre poids ? Dr Corinne Chicheportiche-Ayache.
5. R.E. Ley & al. Microbial ecology : human gut microbes associated with obesity . Nature. 2006 ; 444 (7122) : 1022-23
6. A. Maggie & al. Gut microbiota in the first 2 years of life and the association with body mass index at age 12 in a Norwegian birth cohort. mBio. 2018; 9 (5): e01751-18.

Partager ce contenu