En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts Pour en savoir plus et paramétrer les cookies,

cancel

Comment un microbiote diversifié peut-il vous aider à avoir le moral ?

Si vous avez le moral en berne ou vous sentez un peu déprimé, il y a de fortes chances que votre microbiote soit impliqué. Car, oui il est aussi capable d’intervenir sur la gestion de vos émotions. Il pourrait même être la clé de votre bien-être mental !

Comment nos bactéries intestinales peuvent-elles influencer notre humeur et notre moral ? Cela paraît étrange. Et pourtant, votre microbiote possède une connexion spéciale avec votre cerveau, à tel point qu’il est capable d’intervenir directement sur vos émotions et de vous aider en cas de dépression.


La connexion intestin cerveau


Votre intestin possède différents canaux pour communiquer avec votre cerveau :

  • • La voie sanguine,

  • • La voie immunitaire,

  • • La voie endocrinienne,

  • • La voie nerveuse.

Pour la voie nerveuse, pas moins de 200 millions de neurones sont connectés afin d’instaurer un dialogue privilégié entre votre flore intestinale et votre cerveau. Et n’allez pas croire que c’est uniquement votre cerveau qui parle à votre microbiote. La conversation se fait dans les deux sens. Il a même été prouvé que c’est votre intestin qui parle le plus !


Votre deuxième cerveau


Ce n’est pas un hasard si votre intestin est considéré comme votre second cerveau. Votre intestin possède autant d’espèces de neurones ou de molécules chimiques que lui.

L’hypothèse improbable qu’il existe un axe « intestin-cerveau » n’aurait jamais pu être émise sans les travaux pionniers d’un scientifique Japonais, Noboyuki Sudo. Les tests qu’il a réalisés sur des souris axéniques (sans microbiote) ont démontré que la flore intestinale intervenait directement sur l’axe du stress. Il a découvert que ces souris sans microbiote sont plus stressées, mais qu’en plus :

• L’expression des gènes impliqués dans la croissance des neurones est modifiée.
• L’étanchéité de la barrière hématoencéphalique est amoindrie.

Il a aussi constaté que l’absence de microbiote altérait la personnalité en modifiant le comportement social ainsi que la capacité à mémoriser une information.


Comment votre microbiote s’y prend-il pour influencer votre moral ?


Certes, votre intestin parle à votre cerveau. Mais comment arrive-t-il à définir votre humeur du moment ?

Tout simplement car vos bactéries intestinales produisent des neurotransmetteurs qui influencent directement vos actes, votre façon de penser, votre moral, votre faim, votre sommeil et bien d’autres capacités cognitives.

L’exemple le plus marquant ? 90% de votre sérotonine est fabriquée dans le tube digestif. Votre hormone du bonheur et de la sensation de bien-être dépend ainsi directement de votre microbiote !

Autre neurotransmetteur important que produisent les microbes intestinaux l'acide γ-aminobutyrique, appelé GABA. Moins connu, il joue pourtant un rôle essentiel sur la régulation et l’amélioration de l’humeur. Plusieurs études ont démontré que le GABA agissait comme un calmant, un relaxant qui limite les effets d’un stress excessif. D’ailleurs chez les personnes anxieuses on observe généralement des niveaux bas

Ensuite, lorsque vous êtes déprimé, vous subissez une inflammation qui affecte votre cerveau et perturbe notamment la synthèse des neurotransmetteurs. L’effet « broyer du noir » s’installe et vous avez de plus en plus de mal à gérer vos émotions. Des études cliniques ont montré qu’en diminuant l’inflammation, on améliore les symptômes dépressifs. C’est là où un microbiote en bonne santé peut vous aider ! Car en produisant un acide gras spécifique, le butyrate, il renforce votre muqueuse intestinale. Votre microbiote empêche ainsi les métabolites indésirables, les toxines de pénétrer dans le corps et d’induire une inflammation. Malheureusement, si votre flore intestinale est perturbée, elle ne pourra pas assurer pleinement son rôle protecteur.

Sources


1. Tillisch, K., Labus, J., Kilpatrick, L., Jiang, Z., Stains, J., Ebrat, B., … Mayer, E. A. (2013). Consumption of fermented milk product with probiotic modulates brain activity. Gastroenterology, 144(7), 1394–1401.e14014 doi : 10.1053/j.gastro. 2013.02.043
2. LANQUILLON S et al. Cytokine production and treatment response in major depressive disorder. Neuropsychopharmacology. 2000 ; 22 : 370-379.
3. HANNESTAD J et al. The effect of antidepressant medication treatment on serum levels of inflammatory cytokines: a meta-analysis. Neuropsychopharmacology. 2011 ; 36 : 2452-2459.

Partager ce contenu